Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Les archives
    2015

    2014

    2013

    2012

    2011

    2010

    2009

    2008

    2007

    2006

    2005

    2001

 

L'agenda du mois

SEPTEMBRE

 

 

 

Restauration scolaire

 

Géolocalisation

 

Les actualités de la commune

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/uzemain/www/actualites.php on line 523

Syndicat des eaux des monts faucilles ; un outil pour le présent et l'avenir !

   


 

Depuis 27 ans maintenant, Alain Pierre président du Syndicat Intercommunal des Eaux des Monts Faucilles et les délégués du syndicat ne cessent d'améliorer le rendement de la distribution d'eau du syndicat.

Dans cette optique le président , après appel d'offres, vient de signer un marché public avec Julien Laurent représentant de l'entreprise EVI d'Epinal intitulé "Diagnostic du réseau d'eau potable et étude patrimoniale" aidé en cela par Sylvie Milliot - Maurice assistante à maîtrise d'ouvrage de l'entreprise ADCE d'Eloyes.

Le travail de l'entreprise EVI est prévu de se dérouler en 5 phases dès ce mois d'avril par l'inventaire des réseaux et ouvrages, cartographie et études préliminaires. En août passage à la phase 2 qui consiste en la proposition de sectorisation et la pose de comptage. En fin d'année, début décembre, commencera la phase 3 avec l'intégration des données récoltées et la modélisation du réseau. En février 2O18 la phase 4 offrira ses propositions d'actions et l'établissement d'un schéma directeur. La phase 5, l'étape ultime en mars 2O18 consistera en la mise en place du système d'information géographique et à la formation des exploitants. Cet outil de travail est non seulement indispensable mais obligatoire pour l'obtention de subventions dans la réalisation de travaux futurs.
Les marchés signés avec l'entreprise EVI et l'assistance à maitrise d'ouvrage avoisinent 97 000 euros hors taxes et sont subventionnés à hauteur de 7O% par le conseil départemental et les agences de bassin Rhône Méditerranée Corse et Rhin Meuse.

Alain Pierre ne cachait pas sa satisfaction en précisant que ce travail d'étude et de recherche sera un précieux outil de travail qui servira tous les jours et dont la mise à jour sera quotidienne.

 



 

La sécurité dans les transports scolaires, cela s'apprend !

   




 

Dans le cadre des nouvelles activités périscolaires les élèves de l'école d'Uzemain ont bénéficier d'une formation leur rappelant les principales règles de sécurité dans les transports scolaires.

Dispensées par Roland Langlois correspondant départemental de l'association nationale des transports éducatifs de l'enseignement public (ANATEEP) les explications ont concerné principalement l'éducation à la sécurité.
l'ADATEEP 88 habilité à intervenir à l'intérieur des locaux scolaires intervient à la demande des collectivités, des mairies, des enseignants ou encore des parents d'élèves.

Les élèves très concernés et intéressés ont appris les bonnes attitudes à tenir en attendant le car, puis lors de la montée dans le véhicule en n'oubliant surtout pas d'être poli envers le conducteur. Ensuite dans le car il faut impérativement ranger son cartable sous le siège, boucler sa ceinture, se tenir tranquille et éviter tout chahut. Lors de la descente du car il faut toujours descendre dans le calme et en ordre puis laisser partir le car avant de traverser la route après avoir regardé à gauche puis à droite et de nouveau à gauche si aucun véhicule n'arrive.
L'évacuation du car, en cas de danger, a été bien assimilée par les élèves qui désormais savent qu'en cas de problème il faut garder son calme, aider les plus jeunes, laisser ses affaires puis s'éloigner et se regrouper dans un lieu éloigné et enfin alerter les secours.
La dernière partie a été consacrée à un jeu de questions réponses où toutes les questions des jeunes usagers ont trouvé réponse pour un chemin des écoliers encore plus sûr.
 



 

Centre aéré : un village africain pour thème

   


 

Vingt enfants d'Uzemain et des environs ont participé du 18 au 21 avril à l'ALSH de la commune qui avait pour thème :
Le printemps des poètes africains.


Il faut être tout un village, pour élever un enfant...
C'est un proverbe africain que les enfants fréquentant l'accueil de loisirs ont eu à comprendre et méditer lors de cette semaine de vacances d'avril.
Danse, us et coutumes, atelier de cuisine avec confection de desserts africains, séances de maquillage, jeux collectifs, modelage, percussion et fabrication d'objets en recyclage... ont rythmé ces 4 jours d'accueil.
Sous la direction d'Emilie Puaud Michel, devenue chef de village pour l'occasion, les enfants se sont organisés en une véritable tribu entourée d'animatrices impliquées dans la mise en place du thème. Ils ont découvert de manière ludique, le climat, la géographie, les difficultés, la vie quotidienne, l'art et la notion de communauté liés à ce beau continent. Grace à des poèmes et au prêt de 52 livres par la médiathèque départementale, petits et plus grands ont pris conscience de nos différences, mais aussi de nos points communs.
L'équipe d'animation a pu ainsi faire prendre conscience à nos jeunes que la connaissance de l'autre évite les préjugés et développe l'empathie.
Cette vingtaine de petits voyageurs ont également participé avec grand plaisir à une rencontre inter-centre à Hadol en association avec " Je kiffe ma ville" pour mettre en pratique ce qu'ils avaient appris et jouer tous ensemble ! Voisins d'à côté ou d'ailleurs, les enfants ont mis en avant le respect de l'individu et l'envie d'apprendre des autres !

Pour les prochaines vacances, l'accueil d'Uzemain fonctionnera du 10 au 28 juillet 2017 dans les locaux du groupe scolaire manuzien.

Renseignements : emichel-uzemain@orange.fr

 



 

NON A L'AFFICHAGE SAUVAGE

   


 



On ne rigole pas avec l'affichage sauvage en période électorale

Un courrier du maire vient d'être envoyé au bureau de campagne d'un candidat qui ne respecte pas les règles d'affichage.

Le site ZINFOS974 rappelle dans un article les sanctions encourues.


http://www.zinfos974.com

Mais attention, on ne peut pas faire tout et n'importe quoi en matière d'affichage électoral. Avant même le lancement officiel de la campagne, l'affichage sauvage est un sport que certains militants aiment pratiquer. Le nombre d'affiches collées sur des murs, sur des ponts ou encore bien en vu sur des carrefours stratégiques est une réalité.

Pourtant, les candidats aux élections doivent être particulièrement prudents. Car un candidat malheureux pourrait très bien se saisir de cette opportunité, si l'affichage sauvage est particulièrement important, pour déposer un recours une fois l'élection passée. C'est un élément de contentieux à prendre en compte.

Si des militants sont pris en flagrant délit d'affichage sauvage, la sanction peut-être particulièrement lourde pour le candidat. Le code électoral est très clair à ce sujet : "Le recours à tout affichage relatif à l'élection en dehors des emplacements réservés à cet effet ou en dehors des panneaux d'affichage d'expression libre (…) est puni d'une amende de 9.000 euros". Une réglementation qui est applicable depuis le 1er septembre 2013, soit 6 mois avant le premier tour de l'élection municipale.

De plus, si un candidat ne respecte pas son emplacement réservé sur les panneaux légaux, là aussi il risque une amende de 9.000 euros.

Outre le code électoral, il y a également la loi dite "Barnier" ou relative au renforcement de la protection de l'environnement. En cas d'affichage sauvage constaté, le préfet ou le maire de la commune peuvent faire procéder à la suppression immédiate des affiches. L'auteur peut encourir une amende administrative de 750 euros à laquelle il faut ajouter une amende délictuelle qui peut se monter à 3.750 euros.

De quoi passer l'envie aux contrevenants à s'amuser à placarder la ville à l'effigie de leur candidat préféré…


 



 

TRAVAUX POUR LES ECONOMIES D'ENERGIE

   


 

De multiples aides existent pour inciter les habitants de l'agglomération d'Epinal à la rénovation de leur logement.

Le Programme d'Intérêt Général (PIG)

Sur le territoire de l'agglomération d'Epinal, le P.I.G. aide les propriétaires occupants très modestes et modestes ainsi que les propriétaires bailleurs à entreprendre les travaux nécessaires pour diminuer leur facture énergétique.
Le P.I.G. doit favoriser la rénovation de 600 logements sur 3 années et présente des enjeux importants pour l'agglomération :
•Lutter contre l'habitat indigne,
•Lutter contre la précarité énergétique,
•Encourager la rénovation thermique des logements,
•Accompagner les entreprises dans le processus de labellisation RGE,
•Favoriser les travaux d'adaptation au handicap et au vieillissement,
Ce programme est réalisé en partenariat avec l'Agence Locale de l'Energie et du Climat, Urbam Conseil, l'Agence Nationale de l'Amélioration de l'Habitat (l'ANANH), le Conseil Départemental, le Conseil Régional, et l'Etat (Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie).

Grâce à ce dispositif, les propriétaires peuvent bénéficier d'une aide allant jusqu'à 70% du montant des travaux de rénovation énergétique.
Actuellement, les aides peuvent être accordées aux :
- Propriétaires bailleurs d'un logement de plus de 15 ans (sans condition de ressource pour les propriétaires) et respectant les conditions de location
- Propriétaires occupants d'un logement de plus de 15 ans et respectant des conditions de ressources. Ce dispositif est ouvert aux ménages dits "modestes" et "très modestes"
Pour en savoir plus cliquez sur le lien ci-dessous
Lien vers le site de la CAE

 



 

Linky, le compteur communicant d'Enedis : un déploiement sous tension ?

   


 

Linky est la nouvelle génération de compteurs d’électricité. Les compteurs équipant actuellement les foyers sont de différentes générations, la plus récente remontant aux années 1990. Depuis, la technologie a évolué et les nouveaux compteurs communicants Linky rendent possibles de nouveaux services pour les clients, les collectivités locales, les fournisseurs ou encore les producteurs. Linky présente de nombreux avantages. Les pouvoirs publics ont décidé de généraliser ces compteurs sur l’ensemble du territoire : d’ici 2021, 35 millions de compteurs devraient être remplacés.

http://www.enedis.fr/linky-le-compteur-communicant-derdf

De l'avis de QUE CHOISIR
Linky, le compteur communicant d'Enedis

https://www.quechoisir.org/actualite-compteur-linky-peut-on-le-refuser-n10779/

Compteur Linky
Peut-on le refuser ? (2 mars 2016)


La généralisation de Linky suscite des inquiétudes, les nombreuses questions reçues à Que Choisir en témoignent. Parmi celles-ci, certains nous demandent s’ils peuvent refuser l’installation de ce nouveau compteur électrique. Nous nous sommes penchés sur la question. Et voici nos réponses.
Après avoir fait le point sur les éventuels risques pour la santé engendrés par Linky, d’autres interrogations ont surgi et notamment celle-ci : est-il ou non possible de refuser le compteur Linky ? Les lobbyistes anti-Linky radicaux font le buzz en affirmant que oui. Mais pour Que Choisir, le problème est plus compliqué. Rien ne vaut des réponses factuelles dénuées de passion.
À qui appartient le compteur électrique ?
Qu’il s’agisse d’un compteur classique ou de Linky, la règle est la même, votre compteur électrique ne vous appartient pas. L’article 6-2 des conditions générales de vente d’EDF précise que « le dispositif de comptage est fourni et posé par ERDF. Il fait partie du domaine concédé ». L’article 6-3 ajoute que « le dispositif de comptage est entretenu, vérifié et renouvelé par ERDF ». EDF parle de « domaine concédé » car le compteur n’est pas la propriété de sa filiale ERDF, mais appartient aux collectivités locales. Néanmoins, celles-ci ayant concédé le service public de distribution d’électricité à ERDF sur 95 % du territoire, les compteurs relèvent de son entière responsabilité. Sur les 5 % du territoire restants, ce sont les entreprises locales de distribution qui en ont la charge.
L’avis de QC
Le contrat de concession incluant la gestion des compteurs et les missions de comptage, le client ne peut pas s’opposer à l’installation du nouveau compteur.
Et si ma commune a voté contre la pose des compteurs Linky ?
Sensibles aux arguments des associations anti-Linky, des communes ont voté contre l’installation des compteurs Linky sur leur territoire. Forts de ces votes en conseil municipal, certains appellent à refuser la pose du compteur. Mais c’est loin d’être aussi simple. « La plupart des communes ont transféré la compétence du réseau électrique à leur intercommunalité, à leur métropole ou à un syndicat local de l’énergie, rappelle Charles-Antoine Gautier, chef du département Énergie de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR). C’est cette autorité qui gère la concession de service public, pas la commune ».
L’avis de QC
Les communes s’étant destituées de leur compétence au profit d’une autorité organisatrice (structure intercommunale, syndicat de l’énergie), le vote du conseil municipal peut avoir une portée symbolique, mais il n’a pas de valeur juridique.
Le maire peut-il interdire les compteurs Linky ?
« Le maire pourrait à la rigueur faire valoir son pouvoir de police en prenant un arrêté municipal d’interdiction, estime la FNCCR, mais cela supposerait que le risque soit grave ou imminent ».
L’avis de QC
Que Choisir a beau contester l’intérêt du compteur Linky pour les consommateurs et avoir prouvé qu’il peut renchérir le montant de leurs factures, on est loin du « danger grave ou imminent » inscrit dans le code général des collectivités territoriales.
Quelles conséquences si je refuse le compteur Linky ?
Dans l’immédiat aucune. ERDF a 35 millions de compteurs à poser et ne va sans doute pas perdre de temps à tenter de convaincre les récalcitrants. Dans l’avenir, c’est différent. Toutes les opérations se faisant à distance avec Linky, les déplacements pour les relevés de compteurs qui auraient dû être changés pourraient être facturés. Et le jour où l’ancien compteur tombera en panne, l’intervention se soldera par la pose… d’un compteur communicant !
L’avis de QC
La généralisation des compteurs Linky étant une obligation légale bien cadrée (loi + décret d’application + arrêté), les recours seront difficiles en cas de facturations élevées pour des compteurs classiques. En 2012, l’UFC-Que Choisir avait engagé une action contre l’arrêté de généralisation, sans succès malheureusement.

Autre article de 50 millions de consommateurs
http://www.60millions-mag.com/2016/06/15/faut-il-avoir-peur-de-linky-10483
www.60millions-mag.com/2016/06/15/faut-il-avoir-peur-de-linky-10483

Alain PIERRE
Vice-président du Syndicat Mixte Départemental d'Electricité  

Résumé du rapport de l'Agence Nationale des Fréquences


 

Au Conseil municipal du 29 mars

   


 

Le conseil municipal s'est réuni le mercredi 29 mars sous la présidence du maire Alain PIERRE.
L'examen du compte administratif de 2016 et la préparation du budget 2017 a retenu toute l'attention de l'assemblée.


Finances
Malgré les baisses de dotation de l'Etat, les comptes de l'année 2016 ont été reconnus satisfaisants constatant une maitrise des dépenses de fonctionnement et notamment des charges à caractère général en baisse de 18 783€. Ligne de conduite vertueuse atténuée cependant par une hausse des charges de personnel due à des remplacements. Avec des dépenses réelles de fonctionnement de 681 110€ et des recettes de fonctionnement de 1 150 945€ prenant en compte les excédents antérieurs, l'excédent de fonctionnement est de 404 305€. Cette somme a été répartie dans le budget 2017 pour 181 749€ en fonctionnement et pour 222 556€ en investissement afin de combler le déficit de ce dernier. En l'absence d'emprunt, la commune a bénéficié d'une épargne nette pour l'année 2016 de 194 000€ afin de participer à l'autofinancement de ses investissements pour un montant de 471 399€.
Le conseil s'est ensuite penché sur le budget 2017 prévoyant des dépenses et recettes de 1 100 674€ pour le fonctionnement et un budget de 753 161€ pour les investissements.
Des investissements qui seront principalement consacrés à des travaux de rénovation de la salle polyvalente pour une amélioration de son chauffage et des économies d'énergie et des travaux de voirie.
Le compte administratif et le budget foret ont été validés par le conseil municipal.
Avec 38 517€ de dépenses et 79 640€ de recettes, l'excédent se monte à 41 124€.
Le budget prévoit des dépenses et recettes de fonctionnement pour la somme de 84 724€. 51 000€ seront consacrés aux investissements subventionnés à hauteur de 30 000€. Un programme d'actions proposé par l'ONF a été validé par le Conseil Municipal.

Demandes de remboursements
Des remboursements pour la mise à disposition de personnel sont demandés à l'Association Foncière pour la somme de 3 721€.
Le recouvrement des charges de chauffage des logement communaux en location se montent à la somme de 3 380€.

Communauté d'Agglomération
La Communauté d'Agglomération ayant augmenté ses taux d'imposition afin d'avoir un taux commun avec les nouvelles communautés qui ont été intégrées, le conseil municipal a décidé de baissé les taux de ses taxes communales afin de ne pas augmenter les impôts des habitants.
La communauté d'Agglomération reversera à la commune avec la dotation de compensation le montant de cette baisse en conformité avec la charte de neutralité financière signée par les maires.
Ainsi la taxe d'habitation passe de 12,62% à 12,09%, la taxe sur le foncier bâti de 17,04% à 15,30% et la taxe sur le foncier non bâti de 26,34% à 25,23%.
Dans l'attente de la révision du Schéma de Cohérence Territorial et du Programme Local de l'Habitat de la CAE, le conseil municipal donne un avis défavorable à la prise de compétence d'un Plan Local d'Urbanisme Intercommunal par la CAE.
Monsieur Michel CLAUDEL est désigné membre titulaire pour la Commission Locale d'Evaluation des Transferts de Charges de la CAE. Alain PIERRE est désigné membre suppléant.

Urbanisme
Dans le cadre du projet d'aménagement du centre de la commune, le conseil municipal a donné son accord pour le devis d'enfouissement des réseaux d'électricité présenté par le Syndicat Mixte Départemental d'Electricité des Vosges (SMDEV) qui se monte à la somme de 148 600€. Subventionné, il restera à la charge de la commune la somme de 43 230€.
Extension d'un réseau d'électricité : Le conseil municipal a donné son accord pour l'extension d'un réseau basse tension pour la somme de 9400€ ; il restera à la charge du demandeur 4 606€ déduction faite des subventions du SMDEV.
Le conseil municipal demande que soit réexaminée la demande de Certificat d'Urbanisme présentée par M. Sébastien ARNAUD destiné à la construction d'un gite au Rhumont et qui lui a été refusée.
 



 

Le Club du Muguet : un bouquet fleuri d'activités

   






 

Mardi 21 mars, Christine MARANDEL Présidente du Club du Muguet et Alain PIERRE maire d’Uzemain, ont accueilli les membres du Club du Muguet venus participer à leur assemblée générale annuelle.

En préambule, la présidente a remercié Madame Claudie LEROUX pour sa présence, présidente de Générations Mouvement Ainés Ruraux des Vosges, Madame Anne-Marie MUNIER, responsable du secteur 3 et la centaine d’adhérents pour leur participation à l’occasion de cette 34ème assemblée.

Le programme 2017 présenté par la présidente montre que le club propose de nombreuses activités veillant à satisfaire tous les souhaits des adhérents proposant notamment des participations à des marches, à la journée de la forme, à un repas dansant, au concours de la Dictée, aux concours de tarot, à des voyages et soirée théâtre à des journées pique-nique, au Concours des Maisons fleuries, au concours de pétanque, à la rencontre avec des écoliers…etc…

Pour suivre l’ordre du jour, Raoul CLAUDEL le trésorier a détaillé le bilan financier, André STRABACH vice Président a présenté le rapport d’activité de l’année 2016.

Dans la foulée, l'assemblée a procédé à la réélection du tiers sortant du conseil d’administration avec la nomination d’un trésorier adjoint en la personne de Christian GADNEL, d’un nouveau secrétaire François MARANDEL et d’un nouveau membre, madame Jacqueline THEVENIN.

Enfin, dans le cadre du concours des maisons fleuries organisé par le club, Nicolas BIHR, fleuriste et paysagiste à Dounoux a commenté un diaporama apportant de nombreux et précieux conseils sur le fleurissement et l’entretien des jardins.
Pour conclure cette 34ème Assemblée, la présidente a convié toute l'assemblée à partager le traditionnel repas à la ferme auberge de Méloménil.
 

Les activités au calendrier 2017